Marvejols-Mende                                                          

 

Marvejols-Mende est l’une des plus belles classiques françaises. Elle est née dans les années soixante-dix, de la volonté de ses créateurs (Jean-Paul Begnatborde, Pierre et Joseph Boudet, Jean-Claude Moulin) qui ont osé braver les interdits de l’époque en ouvrant la course aux non-licenciés et aux féminines. C’est une formidable épreuve de 22,400 km qui relie les villes de Marvejols et de Mende, en Lozère, et qui passe par la mythique montée du Goudard, Valcroze et la côte de Chabrits.

 

Pour ma part, je n’ai participé qu’une seule fois à cette compétition exigeante qui se situe à la limite de mes modestes possibilités. Je voulais en effet vérifier si les portes de l’enfer s’ouvraient vraiment sur les pentes du col du Goudard. De ce point de vue, je n’ai pas été déçu. Aujourd’hui, mes genoux en marmelade m’interdisent malheureusement de tenter à nouveau l’aventure.

 

Avec celles de Paris-Versailles et de La Rochelle, les médailles de Marvejols-Mende sont à mon point de vue les plus belles françaises "non colorées", celles qui ont le plus de personnalité. Ce sont de lourdes médailles aux chauds reflets cuivrés, bruns et dorés. Les gravures qui ornent leurs deux faces sont remarquables par leur finesse et leur profondeur. Leurs avers représentent habituellement un paysage lozérien et leurs revers les effigies des vainqueurs de l’édition précédente. Certaines de ces médailles sont des petits chefs-d’œuvre.

Le site de la course

1976
1976 revers
1977
1977 revers
1978
1978 revers
1979
1979 revers
1981
1981 revers
1983
1983 revers
1984
1984 revers
1987
1987 revers
1989
1989 revers
1991
1991 revers
1993
1993 revers
1994
1994 revers
1997
1997 revers
2003
2003 revers
2004
2004 revers
2005
2005 revers
2006
2006 revers
2007
En voir plus